Asana

Les noms des āsana sont significatifs, ils illustrent les étapes de l’évolution.

En pratiquant les āsana, le yogi fait prendre à son corps la forme de diverses créatures. Son esprit est ainsi exercé à n’en mépriser aucune, car il sait qu’à travers l’étendue de toute la création, du plus petit insecte jusqu’au sage le plus parfait, souffle le même Esprit Universel, sous d’innombrables formes. Et il sait que la forme la plus haute est « Ce qui n’a pas de forme ». Il trouve l’unité dans l’universel. Le vrai āsana est celui par lequel la pensée du Brahman coule sans cesse et sans effort, à travers la conscience du pratiquant.

Certains āsana portent le nom de végétaux :
arbre (vṛkṣa)
lotus (padma)

scorpion
d’insectes
:
sauterelle (śalabha)
scorpion (vṛśchika)

d’animaux aquatiques et amphibies :
poisson (matsya)
tortue (kūrma)
grenouille (bheka ou maṇḍūka)
crocodile (nakra).

bakasana
de noms d’oiseaux :

coq (kukkuṭa)
héron (baka)
paon (mayura)
cygne (haṁsa).

gomukasana

de quadrupèdes :
chien (svāna)
cheval, (vātāyana)
chameau (uṣṭra)
vache (go)
lion (siṁha).

Les reptiles comme le serpent (bhujanga) ne sont pas oubliés, non plus que l’homme à l’état embryonnaire (garbha-piṇḍa).

Des héros légendaires prêtent leur nom à d’autres āsana :
Vīrabhadra et Hanumān, fils du Vent.
Le souvenir de sages tels que Bharadvāja, Kapila, Vasiṣṭha et Viśvāmitra est évoqué dans le nom de certains āsana.